Vendredi, 27 Avril, 2018 - 19:36

Lundi matin, 23 avril, 8 heures, les membres du conseil d’administration étaient réunis pour ajuster les derniers détails de la matinée avec les élus et les invités spéciaux lors de la cérémonie d’ouverture de la 35e édition du Défi sportif AlterGo.

Une heure plus tard, des élus des différents paliers de gouvernements, tant fédéral, provincial, municipal que scolaire, les porte-paroles, les ambassadeurs, les gouverneurs et les partenaires majeurs du Défi sportif AlterGo étaient réunis et accueillaient, notamment, la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, ainsi que la ministre des Sports de France, Laura Flessel.

La France a les yeux sur le Défi sportif AlterGo

Paris sera l’hôte des Jeux olympiques et paralympiques en 2024. La ministre Flessel a profité de son court passage au Québec pour prendre contact avec l’équipe d’AlterGo. Elle s’intéresse aux pratiques inclusives et innovantes mises de l’avant au cours des dernières années et, bien sûr, elle voulait vivre le Défi sportif AlterGo. Étant une escrimeuse, quintuple médaillée olympique, la ministre Flessel avait entendu parler de l’événement à plusieurs reprises, notamment par les para-escrimeurs français qui depuis plusieurs années participent aux compétitions du Défi sportif AlterGo.

Ce fut le moment pour la présidente, Élise Blais, de partager la vision d’AlterGo qui est d’unir nos forces pour que l’accessibilité universelle soit ! « Enfin, passons du rêve à la réalité d’une société universellement accessible et mettons fin au parcours du combattant que vivent les personnes handicapées et leurs familles. L’accessibilité universelle, partout, pour tous, dans les loisirs, les sports et la culture, c’est possible ! Tout en procurant de grands avantages pour tous les citoyens et pour la société » a-t-elle ajouté.

Miser sur l’inclusion et l’accessibilité

La ministre Charlebois a mis la lumière sur l’importance qu’ensemble, nous continuions à briser certains tabous afin de changer le regard de la société sur l’intégration et la pleine participation sociale de tous.

Pour la fondatrice du Défi sportif AlterGo, Monique Lefebvre, on ne peut pas parler de sport adapté, sans parler d’inclusion sociale et d’accessibilité universelle. « Ces éléments sont indissociables. Le partage des différentes pratiques nous permet d’ouvrir nos horizons, d’apprendre des autres et d’être en mesure de mieux créer ».

Par sa notoriété, le Défi sportif AlterGo a une force d’attraction importante. D’abord, parce qu’il met l’accent sur les talents et les capacités de 7000 athlètes dits handicapés, « un nombre qui surprend et des attitudes qui épatent, surtout quand on voit toute la fierté et l’estime de soi des jeunes qui grimpent au plafond lorsqu’ils livrent leur performance », souligne Mme Lefebvre.

Bref, on fait en sorte que les médias, les visiteurs et les invités se disent, « que ces jeunes doivent avoir la possibilité d’accéder ainsi à des activités de sports et de loisir, non seulement une semaine par année, mais bien tous les jours de l’année ».